« Mon rêve peut changer le monde ? Mais n’importe quoi !

D’abord je ne suis même pas sûre d’avoir un rêve…

Si tu parles de ce vieux truc dont je me rappelle à peine… Franchement que veux-tu que je fasse de ça ? »

 

Moi je ne veux rien, mais toi ? Ne veux-tu pas que tu lui donner du temps, de l’attention et un peu d’énergie, au début tout au moins.
 

Que tu retires toute la poussière accumulée depuis l’enfance ou depuis qu’on t’a dit ou fait comprendre que : « Mais n’importe quoi, ce n’est pas possible ! »
 

Alors cet élan interne, alors cette étincelle excitante, ce petit feu follet mignon sautillant et enthousiaste s’étais tu, il s’était éteint, et pour toujours pensais-tu…
 

Oh il y a bien des moments où il a repointé son nez, le feu follet.
 

En écoutant une musique envoutante, en regardant un film inspirant, en lisant le portrait de quelqu’un ayant réalisé l’impossible. A ce moment là il avait gigoté en toi et dit « Ohhh oui ! Moi aussi je veux vivre ! »
Mais la voix relou était revenue, la voix de la rabat joie, la voix de la raison soit disant… « Mais je t’ai déjà dit, c’est n’importe quoi, ce n’est pas possible ! Il faut gagner sa vie, travailler dur pour mériter, cesse de rêver. »

 

Puis quand on voit où l’humanité en est rendue à toujours suivre la voix de la raison (humpf ou du profit) ne serait-il pas temps d’écouter une autre voix ? Celle du feu follet tiens, par exemple ?

 

Qu’est-ce qu’on risque de plus que l’éffondrement d’un système qui, de toute façon, est déjà en marche ?

 

Parce que oui c’est vrai, il est difficile de croire qu’une seule personne puisse changer le monde…
MAIS ! Si de plus en plus de personnes donnent de l’espace à leur feu follet, retirent petit à petit du terrain à la voix relou de la raison fourvoyée, quel résultat peut-on imaginer ?

 

Plus de feu follet c’est ni plus ni moins que plus de lumière, plus de joies, plus de partages. Parce que je n’ai jamais entendu quelqu’un avoir le rêve intrinsèque et pur de faire du profit au dépend d’autres humains, d’échanger sa liberté contre de l’argent et de l’apparente sécurité, de construire une idée qui fera du mal, qui détruira.

 

Tous les rêves profonds que j’ai entendu sont au contraire des rêves qui font du bien à soi et du bien aux autres. Un enfant rêve de guérir la planète ou d'arréter les guerres (et on se moque de lui ^^), il n’aura jamais le rêve d’amasser de l’argent et de faire du profit (avant d’être avalé par la voix de la raison).
Cela ne correspond à rien pour lui et finalement pour nous non plus, sauf qu’on ne s’en rend même plus compte.


Oh misère !
 

On éteint notre belle humanité pour gagner sa vie en faisant du profit, pour se sentir en sécurité, et on ne se voit même pas le faire…

 

On a peur de regarder d’où vient le danger.
Une part de nous ne veut pas s’avouer que l’absence de sécurité c’est la société folle qui nous la fournit.
Et que le grand risque pour l’humanité n’est pas de ne pas rentrer dans le système mais d’y rentrer si profondément qu’on s’y perd, qu'il s'agit d'une prison, que c’est noir, triste, insondable et étouffant.

 

Et qui peut détruire ce système, étincelle après étincelle ?
 

Mon feu follet, tout simplement, associé au tien, puis associés ensemble à tous les autres.
Et ce qui est encore plus beau c’est que ce système ne sera pas détruit dans la lutte, mais qu'il se désagrégea progressivement, tout seul, au fur et à mesure que les gens cesseront de l’alimenter et au fur et à mesure qu’ils nourriront le nouveau.
 

Alors que ton rêve soit en rapport avec, au hasard, un changement de ton alimentation, de ton rapport aux animaux et à la nature, de ton rapport à l’argent ou à ton travail.
Qu’il soit en lien avec le fait de retrouver du vrai contact humain, de toucher tes valeurs de nouveau, d’intervenir dans la façon dont on accompagne nos enfants, dont on s’occupe de nos anciens, dont on prend soin de la santé de tous. 
Que ton rêve soit en rapport avec l’égalité homme femme, avec l’inclusion de toutes les différences et unicités, avec la place de la création, de l’art, du beau, dans ce monde…
Que ton rêve soit d’une portée mondiale ou individuelle, qu’il soit tout grand ou tout petit :


Tu as besoin de lui, j’ai besoin de lui, et le monde à besoin de toi entrain de le réaliser, lui !

 

Parce que toute les lumières sont nécessaires pour briller le monde.
Oui je sais ça fait perché et mélodramatique. "Sortez les violons, Alex nous joue de la flûte… "
Mais au fond de toi, je sais que tu sais ! Je sais que tu sais que c’est vrai !

 

Alors dépoussiérons tout ça ! Préparons nous à briller pour changer le monde !

 

Et puis si tu ressens le besoin de rencontrer d’autres femmes qui comme toi veulent emprunter ce chemin, si tu veux te sentir vue, entendue, soutenue dans ton rêve trop fou alors sache que le Club Privé des Trotrobelles est justement là pour ça.


Si tu veux en savoir plus toutes les informations à son sujet sont ici en cliquant sur ce lien.

 

Quoiqu’il en soit je te souhaite de mettre les deux pieds dans ton rêve, et la tête au milieu.
Je te souhaite d’y trouver ton bonheur et ainsi ni vu ni connu : de changer le monde.