Trotrobelle. Écris ton héroïne et laisse lui le soin de changer ta vie.

 

On me demande souvent : mais ça vient d’où Trotrobelle ?
Est-ce qu’il y a un rapport avec ton nom de famille "Trotobas" ?

 

Et c’est vrai que je n’ai jamais pris le temps de parler de ce qui peut ressembler à un "sur"nom mais qui est tellement plus pour moi. Il a une place cruciale dans ma vie, par son origine d’abord puis par ce qu’il m’a permis de faire, d’être et de réaliser. Sans le sursaut que Trotrobelle m’a permis de vivre je ne serai pas là en fait. C’est aussi simple que ça.
 

Allez je te raconte !
 

Tout a commencé il y a un peu plus de 4 ans. J’étais en train de vivre la pire période de ma vie. 
Mon père venait d’être diagnostiqué d’un cancer incurable qui l’emporterait en 4 mois.
Le papa de mes enfants venait de me quitter. 
Ça se passait mal au travail et mon poste venait d’être supprimé. 
Mes deux grands mères étaient décédées coup sur coup, l’une d’entre elle emportant, qui plus est, le secret de nos origines. 
Je comprenais que j’allais devoir déménager, moi et mes deux bébés sous le bras, car nous n’étions plus les bienvenus dans l’appartement où nous vivions. 
J’avais peur de sortir dans Paris où nous nous étions réveillés figés, apeurés et le sentiment d’être en guerre après la série d’attentats du 13 novembre. 
Ma fille hurlait le matin pour ne plus aller à l’école et nous faisions face à un début de phobie scolaire alors qu’elle n’était qu’en maternelle.
Mon fils ne dormait pas la nuit et les bons jours nous dormions 5h, les mauvais jours c'était plutôt 3h... 
Ma santé était problématique... j’avais pris trop de poids, physiquement je me détestais...

 

C’était donc une période atroce où je ne savais plus sur quoi ni sur qui je pleurais. J’étais abattue, sans force, une victime.

J’avais des millions de choses à organiser pour préserver au mieux mes bébés du cataclysme qu’ils subissaient eux aussi. Dès que je parvenais à sortir de mon abattement, j’étais centrée sur eux, sur comment organiser leur future vie, trouver leur futur maison, les sortir de cette école qui ne nous aidait pas et qui ne prenait pas en compte ce qu’il se passait pour ma fille.

Je ne me posais jamais trop longtemps sur moi-même. Il y avait mieux à faire et puis surtout dès que je me regardais dans le miroir je voyais une meuf tellement nulle. 
Je me trouvais trop conne, trop décevante. 
J’étais une compagne trop relou qui avait fait fuir son mec. 
Une fille qui avait passé trop peu de temps près de son père. 
Une professionnelle trop engluée dans son perfectionnisme limitant.

Une mère trop perdue, trop tendue, incapable de garder son calme. 

 
J’étais trop tout, et pas assez tout le reste, je me détestais, j’avais tout gâché, tout était de ma faute, absolument tout.

 

Et puis j’ai eu ce sursaut alors que j’étais sur Facebook. Je te jure, un sursaut sur Facebook... 
Mon pseudo de l’époque était en rapport avec mon ancien amoureux. Il fallait donc que j’en change absolument. Je ne voulais pas mettre mon vrai nom car je ne voulais pas que les gens me trouvent sur ce profil complètement privé. Je me demandais donc ce que cela pourrait être. 


Et puis j’ai eu comme un flash. Ce serait Trotrobelle !


Moi qui me sentais trop tout et surtout trop moche, c’était un immense pied de nez à la situation. Mais c’était surtout la première fois que je sentais une nouvelle énergie monter en moi. La première fois que tout à coup il me semblait possible d’incarner un nouveau personnage dans ma vie. 

 

Au travers des yeux de Trotrobelle le paysage devenait subitement plus clair, et le champ des possibilités s’ouvrait, de façon inédite. 
J’ai senti comme un immense frisson me parcourir lorsque j’entrais ce mot dans mon compte Facebook. C’est comme si je donnais vie à ce nouveau personnage en moi, pas un personnage de livre mais un personnage que j’allais incarner et qui allait me donner la force de regarder en face puis de remplir de tout plein de belles choses la page blanche de ma nouvelle vie. Tout à coup il s’agissait de construire la vie de mes enfants, oui, mais aussi et surtout la mienne.

Cela s'est produit en quelques secondes, et l’émotion qui a accompagné « l’accouchement » aussi rapide qu'inattendu de Trotrobelle m’a fait pleurer à chaudes larmes, des larmes de libération. Pour la première fois depuis des mois ce n’étaient pas des larmes de tristesse ou d’accablement. 
C’étaient des larmes qui me disaient : "Alex, il y a moyen que l’avenir soit chouette, il y a moyen que tu l’inventes en disant FUCK à tout ce qui te fait chier, en créant une nouvelle vie à partir de ce qui te fait vraiment kiffer."

Ce fut un basculement. Il y eu un avant et un après ce moment. 

Cette héroïne en moi a littérallement changé ma vie. Toute l'énergie de création que je soulevais pour la fabriquer dans ma tête, puis sur ma feuille blanche a littéralement débordé sur ma vie. J'ai tellement évolué depuis cette date ! Loin de moi l'idée de te dire que je suis parfaite, et tant mieux car la perfection c'est chiant. Mais te dire que je suis en constante évolution, chaque jour plus heureuse et fière d'être qui je suis c'est le moins que je puisse te dire.

Je vois d'ici certaine personne me trouver bien égocentirque et tu sais quoi ... je m'en contre-fout. Comme pous nous tous, la seule personne présente 100% du temps dans ma vie c'est moi. Donc OUI je prends le temps d'aimer cette personne et d'en être fière et j'invite d'ailleurs tous les gens qui me lisent à faire de même.

Cette héroïne en moi m'a donné le jus pour m'inventer et me réinventer personnellement.

Cette Trotrobelle m'a également accompagnée pour forger l'Anti-Méthode FUCK La Femme Parfaite. Elle a participé aux accompagnements en individuel mais aussi aux programmes en ligne. Et elle n'a pas finit de m'aider à me réinventer chaque jour.

Elle m'aide d'ailleurs aujourd'hui à donner une autre dimension à ma vie et à ma façon d'accompagner les femmes. Car Trotrobelle est aussi écrivaine, et si je ne l'avais pas vu venir, la surprise a été un putain de soulagement. 

Parceque donner plus de place à l'écriture dans ma vie et dans mon métier est exactement ce dont j'avais besoin dans ma propre évolution. Le challenge de 4 jours Trouve ta Magic Micheline m'a confirmé, par son succès, que cette voie était la bonne pour moi et pour les superbes Trotrobelles qui me suivent.

Alors je ne m'arrête pas en si bon chemin et le programme "Ecris ton héroïne" vient de voir le jour. Il commence le 12 septembre et je peux te dire que ça va dépoter. 

Parceque je ne peux pas rester là à regarder la magie qui a entouré la naissance de ma Trotrobelle et ne pas partager cela pour que, toi aussi qui me lis, tu puisses fabriquer ta propre héroïne.

Non seulement je sais du fin fond de moi que cela sera aidant pour beaucoup de femmes mais je sais aussi qu'animer ce programme me permettra de donner une nouvelle ampleur à ma Trotrobelle. Et elle le mérite.

Alors finalement je m'offre ce programme que je vais expériementer en même temps que toi. Cela te garantie mon authenticité et mon engagement sans faille pour que cette expérience "Ecris ton héroïne" soit la plus riche possible pour toi (puisque pour moi aussi).

Je te mets le lien de la page d'explication de ce programme "Ecris ton héroïne".
Dans cette page j'ai mis tout mon coeur et toute mon énergie pour que tu puisses sentir à quel point ce sera géant, tout en répondant aux potentielles questions que tu pourrais te poser à son sujet.

Alors cliques ici pour en savoir plus ! ICI ICI ICI